Dossier BISS

       Le Bulletin d’Information et des Statistiques Sociales (BISS) est une note de conjoncture sociale du Ministère des Affaires Sociales (MINAS) dans son sous-secteur. Cet instrument est un ensemble de données et informations statistiques essentielles permettant de décrire, d’analyser et de comprendre les évolutions du sous-secteur au cours de l’année. Le BISS a pour objectif de contribuer à la mise à disposition de la connaissance et d’optimiser la visibilité des résultats des interventions du MINAS à travers ses structures de terrain. Le BISS vise ainsi à répondre aux besoins de connaissance des acteurs sociaux. Les données et informations fournies permettent de débattre des orientations à prendre non seulement pour la formulation de mesures de politique dans le sous-secteur des affaires sociales, mais aussi de toutes celles qui visent la promotion du bien-être des individus et des communautés. Le BISS se veut être une production trimestrielle. Il se fonde sur les données brutes issues des Unités Techniques Opérationnelles (UTO), des Etablissements et Organismes spécialisés, ainsi que des Structures sous-tutelles du MINAS. Cet ensemble représente les structures de proximité directement concernées par l’action sociale sur les cibles du MINAS. L’intervention de ces structures est axée sur la prévention, la protection sociale, le soutien psychosocial ainsi que l’assistance des Personnes Socialement Vulnérables (PSV). Le taux de fréquentation est le principal indicateur issu du BISS. C’est une estimation de la demande en service sociaux des populations cibles. Le BISS permet également une mise à jour permanente de la cartographie des vulnérabilités sociales. Enfin, le BISS est la principale source pour alimenter les indicateurs de performance des cadres stratégiques du Ministère des Affaires Sociales.

Documents

pdf BISS 10eme Edition Vf1

32 téléchargements

En pleine pandémie COVID-19 et tenant compte des mesures barrière édictées par Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, le MINAS par le truchement de ses acteurs de terrain n’a pas dérogé à son habitude de produire les données concernant les personnes socialement vulnérables. Bien plus, cette pandémie aura plongé le Cameroun tout entier dans une situation de vulnérabilité général et le MINAS comme acteur du secteur social a tenu à jouer sa partition pour le bien-être de tous et de chacun.


Ainsi, pour le deuxième trimestre 2020, en plus d’une recrudescence des comportements délinquants chez les enfants pouvant être due à l’oisiveté pendant la période de confinement précisément 462 enfants victimes d’enquêtes judiciaires, 459 traduits devant les juridictions, l’on pourrait relever aussi que :

  •  sur l’ensemble du territoire, 829 enfants ont été victimes de sévices corporels ou violences physiques. La région la plus concernée étant celle du Centre qui totalise à elle seule 286 cas dont 140 de sexe féminin. Elle est talonnée par les régions du Littoral avec 132 cas et du Nord avec 64 cas. On retiendra que dans la région du Littoral, 69,7% des cas sont de sexe féminin. C’est la part la plus importante sur l’étendue du territoire national ;
  •  sur les 1015 enfants victimes d’exploitation économique dont 581 de sexe masculin, le Centre possède 33,79% de la part nationale dont 37,32% sont de sexe féminin. La région de l’Est arrive à la suite avec 104 cas de sexe masculin et 65 de sexe féminin, talonnée de près par la région de l’Ouest qui a un total de 166 cas dont 42,17% de sexe féminin ;
  •  le nombre de cas de victimes de violences psychologiques, est globalement élevé sur tout le territoire. On aura enregistré 2040 cas dont 967 de sexe féminin ;
  •  157 cas de viol dont 8 de sexe masculin ont été enregistrés. Si la région du Nord-ouest a pour elle seule 58 cas de sexe féminin contre 1 cas de sexe masculin, celle du Sud-ouest a eu 14 cas dont 6 cas de sexe masculin, ce qui représente 75% des cas perpétrés sur les enfants de sexe masculin ;
  • Sur les 53 cas d’esclavage sexuel dont 3 cas de sexe masculin recensés dans le Sud-ouest (2 cas) et dans le Nord-ouest (1 cas), la région de l’Ouest enregistre 24 cas et celle du Centre 16 cas ;
  • 221 cas de prostitution forcée dont 61 cas de sexe masculin ont été enregistrés. La région de l’Ouest enregistre 83,33% des cas masculin et 70,63% des cas de sexe féminin ;         

Les mesures alternatives mise en oeuvre par le Ministère de la Justice dans les cas des enfants en conflit avec la loi, ainsi que les informations issues d’autres administrations telles le Ministère de la Santé, le Ministère de l’Education de Base ou le Ministère des Enseignements secondaires montrent que l’action gouvernementale se fait en synergie.

pdf BISS 11eme Edition

41 téléchargements

La production trimestrielle du BISS étant devenue une tradition dans la sectorielle des Affaires Sociales, les acteurs de terrain continuent de ne ménager aucun effort dans la collecte des données statistiques. Malgré la persistance de la pandémie, des efforts considérables ont une fois été faits dans le renseignement dans le respect des mesures barrières édictées par le chef du gouvernement. On relève ceci :
Dans sa collaboration avec l’appareil judiciaire, des mesures visant à protéger le mineur en conflit avec la loi ont été relevées. Ainsi, 14 enfants dont 13 de sexe masculin et 01 de sexe féminin ont été placés par la justice. 88 enfants dont 80 de sexe masculin et 08 de sexe féminin ont bénéficié de la liberté surveillée. L’Ouest vient en tête avec 62 dont 61 de sexe masculin et 1 de sexe féminin. 185 enfants à savoir 151 de sexe masculin et 34 de sexe féminin ont bénéficié des mesures alternatives. Le Sud Ouest se démarque avec 68 mineurs dont 54 de sexe masculin et 14 de sexe féminin. Ces multiples mesures visent à préserver le mineur des conséquences néfastes de la prison.
Dans la rubrique des violences de toutes catégories sur les enfants, on a enregistré 1545 enfants de sexe masculin et 1467 de sexe féminin. L’Extrême Nord vient en tête avec 785 enfants suivi de l’Ouest et de Littoral avec respectivement 569,303et 223 enfants. S’agissant spécifiquement de la traite des enfants, l’Est a la palme d’or avec à elle seule 116 enfants sur les 205 recensés sur tout le territoire national. Pour ce qui est du viol, les régions du Sud-Ouest, Nord Ouest, Extrême Nord et Ouest en sont les principaux théâtres. Sur les 89 enfants victimes de viol dans la région du Sud-Ouest 33 sont de sexe masculin.
En ce qui concerne des Personnes Handicapées, des chiffres considérables ont été relevés. Ainsi, 5409 dont 3516 de sexe masculin et 1893 de sexe féminin. 4215 nouveaux enfants handicapés ou ceux nés des parents handicapés ont été scolarisé ou ont reçu une formation professionnelle. 2043 personnes handicapées ont reçu des appuis pour la réalisation des AGR. 7730 sensibilisées à la loi de 2010 ont bénéficié d’un accompagnement psychosocial au cours du trimestre. 10150 familles ont été sensibilisées à la nécessité de faire vacciner leurs enfants tandis que 6751 nouvelles familles ont été sensibilisées à la prévention du handicap. Dans la même veine, 1206 nouvelles demandes de cartes nationales d’invalidité ont été enregistrées dont 813 pour les personnes de sexe masculin et 393 pour le sexe féminin. La région du Centre totalise le plus nombre, à savoir 332 demandes dont 254 pour le sexe masculin et 78 pour le sexe féminin.
S’agissant des personnes âgées indigentes, on a en recensé 3842 sur toute l’étendue du territoire national. Les régions du Sud, de l’Ouest, du Centre et de l’Est regorgeant les populations les plus nombreuses quantifiées respectivement à 831, 703, 667 et 617 personnes âgées indigentes. 4617 Personnes âgées ont été sensibilisées et éduquées au vieillissement sain et actif, dont 1467, 1122, 469, 353 dans les régions du Centre, de l’Ouest, de l’Est et de l’Extrême Nord respectivement.

pdf BISS 12eme Edition

38 téléchargements

Par la production trimestrielle du Bulletin d’Informations et de Statistiques Sociales(BISS), activité devenue pérenne au MINAS, les données statistiques sur ses cibles et certaines actions en leur faveur sont disponibles et publiées.
La présente édition, la douzième, qui couvre la période d’octobre à décembre 2020, a été produite dans un contexte marqué par la COVID 19.
Malgré la persistance de cette crise sanitaire mondiale et les mesures barrières édictées par le Gouvernement du Cameroun, le taux de réponse de collecte des données est de 100%, traduisant ainsi la production des informations statistiques par toutes les 58 délégations départementales. De celles-ci, on relève selon les cibles ce qui suit :

pdf BISS 13eme Edition

30 téléchargements

Par la production trimestrielle du Bulletin d’Informations et de Statistiques Sociales (BISS), activité devenue pérenne au MINAS, les données statistiques sur ses cibles et certaines actions en leur faveur sont disponibles et publiées.
La présente édition, la treizième, qui couvre la période de Janvier à Mars 2021, présente les données de tout le territoire national, notamment des 58 départements. De celles-ci, on relève selon les cibles ce qui suit :
Les enfants :
Dans le cadre des enfants en conflit avec la loi, les chiffres sont les suivants : 436 enfants dont 38 filles ont été traduits devant une juridiction de jugement. Le Centre venant en tête avec 94 enfants dont 4 filles suivi de l’Ouest 84 avec 4 filles et de l’Adamaoua 73 dont 1 fille. 235 dont 13 filles ont été détenus dans les prisons, avec respectivement 109, 41 et 23 dans les régions du Centre, Ouest et Sud-Ouest.
S’agissant des mesures visant à préserver le mineur des effets néfastes de la prison, on relève ce qui suit : 45 mineurs dont 4 de sexe féminin ont bénéficié d’un placement judiciaire. La région du Centre vient en tête avec 29 placements judiciaires, suivie celle du Littoral avec 15 placements. 54 enfants ont bénéficié de la liberté surveillée parmi lesquelles 2 filles. Ces derniers sont plus nombreux dans la région de l’Extrême-Nord avec 27 enfants, suivie du Littoral et de l’Adamaoua avec respectivement 8 et 3 enfants. 189 mineurs dont 31 filles ont bénéficié des autres mesures alternatives à la prison. La région de l’Adamaoua en compte 39, suivie de celles du l’Est avec 37 et celle du Sud avec 30.
Pour ce qui sont des diverses violences sur les enfants : 721 enfants dont 373 filles ont subi des sévices corporels. Le Centre en compte 297, l’Extrême- Nord 83 et le Nord 29. Les enfants victimes d’exploitation économique sont au nombre de 910 et sont plus nombreux dans les régions du Centre avec 220, Extrême-Nord 181 et Ouest 103. 171 enfants ont été victimes de viol parmi lesquels 34 garçons. La région du Centre en compte 71 dont 10 garçons; le Littoral 30 avec 10 garçons et l’Est 10 enfants.
En ce qui concerne les enfants de la rue, 184 nouveaux EDR ont été identifiés parmi lesquels 33 de sexe féminin. La région du Centre vient en tête avec 40, suivie de celles de l’Ouest et de l’Extrême-Nord avec 34 et 29 respectivement. 52 EDR sont retournés en famille et 48 ont été placés en institution.

pdf BISS 14eme Edition

34 téléchargements

Dans le cadre de sa mission de production périodique du BISS, la CEP s’est investie avec le concours des acteurs de terrain à produire la quatorzième édition du BISS. Cette édition a connu la participation de toutes les régions qui n’ont ménagé aucun effort dans la collecte des données statistiques. Les observations suivantes ont été relevées au cours de ce trimestre:


  •  Dans sa collaboration avec la machine judiciaire, 140 nouveaux enfants dont 133 de sexe masculin et 07 de sexe féminin ont bénéficié de la liberté surveillée. La région de l’Ouest enregistre 45 mineurs dont 44 de sexe masculin et 01 de sexe opposé. La région du Sud suit avec 29 cas dont 28 de sexe masculin et 01 de sexe féminin. Concernant les enquêtes judiciaires, 455 enfants à savoir, 396 de sexe masculin et 59 de sexe féminin ont fait l’objet d’une enquête judiciaire. La région du Centre vient en tête avec 130 enfants suivie de la région de l’Adamaoua qui enregistre 60 nouveaux enfants dont 49 de sexe masculin et 11 de sexe féminin. Plusieurs nouveaux enfants en l’occurrence, 473 mineurs dont 436 de sexe masculin et 37 de sexe féminin ont été traduits devant la juridiction de jugement. La région du Centre enregistre le chiffre le plus élevé à savoir 94 nouveaux enfants, elle est talonnée par la région de l’Adamaoua avec 68 cas dont 66 de sexe masculin et 02 de sexe féminin et celle de l’Est avec 64 cas tous de sexe masculin. S’agissant des mesures alternatives, 281 mineurs en ont bénéficié dont 239 de sexe masculin et 42 de sexe opposé.

pdf BISS 1ère Edition Septembre 2017 Populaires

188 téléchargements

1ère Edition du Bulletin d'Informations Statistiques et Sociales, Septembre 2017

Au cours du premier semestre de l’année 2017, le Ministère des Affaires Sociales a enregistré une certaine pression auprès de ses services de terrains (les centres sociaux) en termes de demande de service. Ainsi sur cette période, les centres sociaux des régions de l’Adamaoua, de l’Extrême-Nord, du Littoral, du Nord, de l’Ouest et du Sud-ouest ont enregistré 18 049 individus à leurs portes dont 7 854 de sexe masculin et 10 195 de sexe féminin. Parmi ces clients on peut noter la présence des cas de 3 364 personnes âgées et 1 765 enfants de moins de 6 ans. La pression fut la plus grande dans les centres sociaux de la région de l’Ouest (4 930) suivie de ceux du Sud-ouest (4 159) et de l’Extrême-Nord (3 839). Outre ces données de conjoncture sociale, le Ministère a enregistré les performances suivantes : 466 PSV ont été insérés ou réinsérés, 804 PSV ont bénéficié d’appuis en ressources productives durant le premier semestre tandis que 555 ont été bénéficiaires d’assistance et d’appui en appareillages productifs. Concernant les personnes handicapées, 5123 ont sollicité une assistance quelconque et juste 177 ont bénéficié d’appareillages et 1250 de cartes nationales d’invalidité. 5 265 personnes sinistrées ou victimes de catastrophes ont été pris en charge, dont 4537 dans la région de l’Extrême-nord. Ont été enregistré 298 271 réfugiés ou déplacés internes avec 285 000 dans la région de l’Extrême-nord et 12 000 au Nord. En ce qui concerne la protection de l’enfance, 596 ECL ont été suivis par les délégués à la liberté surveillée dont près de la moitié dans la région du Centre (285). 2 393 ECL ont été encadrés. La plupart des enfants abandonnés recensés l’ont été dans la région du Centre (564 sur 650 dans l’ensemble, soit 86,8%). Enfin, durant le semestre le Sud-ouest a pris en charge 1 015 enfants égarés sur les 1 226 de l’ensemble des données disponibles. De janvier à juin 2017, 1 586 EDR ont été identifiés, 616 ont été resocialisés, soit un pourcentage de 38,8% d’EDR resocialisés.

Sur la même période 8 605 personnes ont bénéficiés de médiation et d’intervention sociale, 9 620 ont été sensibilisées et éduquées à la prévention et à la lutte contre les incapacités et autres fléaux sociaux et près de 11 000 personnes ont été sensibilisées et exposées aux journées commémoratives. Plus de 21 000 PSV ont été prises en charge dans les institutions spécialisées dont 12 000 à l’Ouest et 9 136 dans le Sud-ouest. 1295 PSV ont bénéficié de mesures de protection en milieu institutionnel, 525 ont bénéficié d’aides et secours des communes tandis que 8585 ont bénéficiés d’assistance multiforme auprès des structures du MINAS dont 6504 dans la seule région du Centre. En termes de personnes âgées, les délégations régionales ont enregistré près de 1 500 personnes âgées sollicitant une assistance quelconque.

 

pdf BISS 2ème Edition Mai 2018 Populaires

118 téléchargements

2ème Edition du Bulletin d'Informations Statistiques et Sociales, Mai 2018

       Dans le cadre de ses actions de terrain, pour le compte du second semestre de l’année 2017, le Ministère des Affaires Sociales a fait face à de nombreux défis dans l'ordre desquels, la pression subie par les unités de base en charge de la mise en œuvre des politiques de proximité. On remarque pour ce semestre que 29 564 clients ont sollicité les centres sociaux dans les régions de l’Adamaoua, du Centre, de l'Est, de l’Extrême-Nord, du Littoral, du Nord, de l’Ouest, du Sud et du Sudouest, soit un taux d'accroissement de 63,79% par rapport au premier semestre de la même année. Cet effectif comprend 13274 hommes contre 16290 femmes. 4488 de ces clients ont moins de 6 ans, 8765 sont des adultes, 7497 des jeunes, 4659 des personnes âgées et 4195 rentrent dans la catégorie des enfants mineurs. Les régions de l'Est et de l’Extrême-Nord enregistrent les pressions les plus élevées, ce qui peut s'expliquer par les différentes situations qui y prévalent, l'Ouest arrive en troisième position. En termes de performance, on relève que: S'agissant des PSV, on retiendra par exemple que, 964 ont été insérés ou réinsérés, 2 249 ont bénéficié d’appuis en ressources productives, 1493 ont bénéficié d'assistance/d'appui en appareillages productifs, 963 ont été bénéficiaires d'aides et secours par les communes, 4338 étaient bénéficiaires de mesures de protection en milieu institutionnel durant le semestre. 41 447 personnes sinistrées et en situation d'urgence, ont été assistées, accompagnées et réinsérées, et 6170 ont été prises en charge. S'agissant des EDR, 879 enfants de la rue ont été identifiés durant le second semestre, 314 enfants retirés de la rue, 248 enfants retirés de la rue et réinsérés, 229 EDR resocialisés, soit un pourcentage de resocialisation de 26,1%. S'agissant l'enfance, 162 ont été égarés et pris en charge ce semestre, 157 abandonnés, 1418 en conflit avec la loi encadrés. 9175 personnes âgées ont sollicité une assistance quelconque, alors qu'il y en avait 4936 de la catégorie personnes handicapées, contre 17978 personnes du groupe populations autochtones. S'agissant des actions de sensibilisation et de prévention, 102513 personnes ont été sensibilisées et éduquées à la prévention et la lutte contre les incapacités et autres fléaux sociaux durant le semestre 129342 personnes ont été sensibilisées/exposées aux journées commémoratives durant le semestre.

 

pdf BISS 2eme Edition Mai 2018 Version Finale Française (1) Populaires

243 téléchargements

 

 

pdf BISS 3eme Edition

30 téléchargements

Le contexte sociopolitique et économique du Cameroun met à contribution le secteur social en général et en particulier le sous-secteur affaires sociales. Pour le compte du premier trimestre 2018, le Ministère des Affaires Sociales par le truchement de ses services déconcentrés a subi la pression de ses clients, et y a apporté une réponse via la mise en oeuvre de politiques de proximité.
De façon générale, ce trimestre met en avant la pression de huit des dix régions du triangle national. Avec un taux de réponse de 67,1% qui, tenant compte du contexte qui prévaut dans les régions du Nord-ouest et du sud-ouest, passerait à 81,7% du fait que les données de ces régions n'ont pu être collectées.
Le nombre de clients du MINAS pour ce trimestre est de 22272 dont 57,41% de femmes contre 42,59% d'hommes.
Il ressort que la demande trimestrielle de la couche des personnes handicapées se chiffre à 2899, la région du Littoral étant très largement en tête. 153 personnes handicapées ont bénéficié d'appareillage et 407 cartes d'invalidité produites.
13384 réfugiés/déplacés internes ont été recensés, 12548 personnes sinistrées et en situation d'urgence ont été accompagnées et réinsérées. Un total de 302 personnes sinistrées ou victimes de catastrophes et ont été prises en charge avec 67,89% de cette catégorie de personnes concentrée dans la région de l'ouest.
Les enfants retirés de la rue sont au nombre de 85, tandis que l'on a identifié pour ce trimestre 538 EDR dont 82 ont pu être resocialisés.
1448 personnes âgées ont sollicité nos services. Le fichier de compétences a enregistré l'entrée de 283 personnes âgées.
17362 PSV auront au cours de ce trimestre bénéficié d'assistance du MINAS ou des Communes, 2438 PSV ont bénéficié des mesures de protection en milieu institutionnel et 335 ont été pris en charge dans les institutions spécialisées.

pdf BISS 4eme Edition

32 téléchargements

Dans la perspective de la parution du numéro 4 du Bulletin d’Informations Statistiques du Social pour le compte du deuxième trimestre 2018, le Ministère des Affaires Sociales dans ses missions régaliennes de promotion et de protection des personnes socialement vulnérables, a enregistré plusieurs actions menées par les unités techniques opérationnelles.
Au cours dudit trimestre, 25973 clients ont sollicité les centres sociaux des régions de l’Adamaoua, du centre, de l’Est, de l’Extrême-Nord, du Littoral, du Nord, de l’Ouest, du Sud. En l’espèce, on dénombre : 12214 hommes ; 13759 femmes ; 3485 de moins de 06 ans ; 6575 adultes ; 7459 jeunes ; 5063 mineurs et 3391 personnes âgées. Les régions du Sud et de l’Ouest enregistrent les pressions les plus élevées.
En ce qui concerne la performance nous notons que :
-454 PSV ont été insérées ou réinsérées ; 449 PSV ont bénéficié d’appuis en ressources productives ; --506 PSV ont bénéficié d’assistance/d’appui en appareillages productifs ; 2886 personnes handicapées ont sollicité une assistance ; 179 personnes handicapées ont bénéficié d’appareillages et 599 cartes nationales d’invalidité ont été distribuées.
-313 personnes sinistrées ou victimes de catastrophes ont été prises en charge ; 1739 réfugiés/déplacés internes ont été enregistrées ; 4268 personnes sinistrées et en situation d’urgence ont été assistées, accompagnées et réinsérées.
-289 ECL ont été suivis par les délégués à la liberté surveillée ; 302 enfants ont bénéficié des placements scolaires ; 641 ECL ont été encadrés ; 631 enfants abandonnés recensés ; 529 enfants égarés pris en charge ; 202 enfants ont été retirés de la rue ; 70 enfants ont été retirés de la rue et réinsérés ; 518 EDR ont été identifiés et 171 EDR resocialisés.
-19962 personnes ont bénéficiés de médiation et intervention sociale ; 23357 personnes ont bénéficié de la sensibilisation et de l’éducation à la prévention et la lutte contre les incapacités et autres fléaux sociaux ; 14508 personnes ont été sensibilisées/exposées aux journées commémoratives.
-1756 personnes âgées ont sollicité une assistance quelconque ; 563 personnes âgées ont été inscrites dans le fichier de compétences et professionnellement reconverties.
-7399 PSV ont bénéficié d’assistance multiforme auprès des structures du Minas et des communes ; 329 PSV ont bénéficié d’aides et secours par les communes ; 1588 PSV ont bénéficié de mesures de protection en milieu institutionnel ; 303 PSV ont été prises en charge dans les institutions spécialisées.

pdf BISS 5eme Edition

27 téléchargements

Par la production du Bulletin d’Informations Statistiques Sociales (BISS), activité qui prend de plus en plus une place importante dans les habitudes de tous les acteurs impliqués, le Ministère des Affaires Sociales (MINAS), renseigne les actions entreprises par les Unités Techniques Opérationnelles (UTO) en réponse aux diverses pressions subies. Ce numéro du troisième trimestre 2018, ne déroge pas à ce principe. Son condensé s’étalera sur deux points : d’un point de vue général d’une part et d’autre part par régions.
Sur environ 260 UTO (centres sociaux et service d’action social) que compte le territoire national, 167 ont transmis leurs données du trimestre pour exploitations repartis ainsi qu’il suit : l’Adamaoua, sur les 12 attendues 09 ont répondu présent ; pour le Centre des 52 attendus 23 ont répondus ; à l’Est 22 sur les 31 attendus ; Extrême-Nord 16 sur les 18 ; Littoral 31 des 31 ont transmis ; le Nord 9 sur les 12 ; Nord-Ouest 00 sur les 22 ; Ouest 34 sur les 34 ; Sud 22 sur les 23 et Sud-Ouest 14 sur les 25 attendus.
Les informations collectées font état de ce que 26214 cibles ont été enregistrées auprès des UTO repartis dans les régions ainsi qu’il suit : Adamaoua 1668 ; Centre 7313 ; Est 928 ; Extrême-Nord 3012 ; Littoral 4492 ; Nord 653; Nord-Ouest (aucune information reçue) ; Ouest 6786 ; Sud 783 et Sud-Ouest 579. Ces chiffres estimatifs renseignent non seulement du nombre des cibles mais aussi de leurs catégories.
Il faut noter que les UTO des régions du Centre, Extrême-Nord, Littoral et Ouest regroupent à eux seules un total de 21603 clients enregistrés sur le total général de 26214 soit un pourcentage de 82,41 % contre 17,58 % pour les 06 autres régions restantes à savoir : Adamaoua, Est, Nord, Sud et Sud-Ouest. Le Nord-Ouest étant absent des données reçues.
Suivant les fréquentations des centres sociaux on dénombre par catégorie 359 enfants abandonnés ou égarés ; 425 enfants de la rue ; 8549 personnes indigentes ; 1569 populations autochtones ; 9157 personnes handicapées ; 3392 déplacés ou refugiés ; 499 personnes sinistrées et 2264 constituées des autres catégories. Bien évidement nous retrouvons dans chaque catégorie les deux genres.
Par sexe nous avons 13846 Femmes contre 12368 Hommes. Avec les tranches d’âge suivantes : petite enfance (- de 7 ans) 1627 ; enfant mineur (de 7 à 17 ans) 3952 ; jeunes (18 à 34 ans) 6606 ; adultes (35 à 54 ans) 8566 ; et 5469 personnes âgées (55 ans et +). Le sexe féminin est un peu plus représentatif soit 52,81 % contre 47,18 % pour le sexe masculin.
Sur un total de 26214 clients, 9157 sont des personnes ayant un handicap. 3911 ont un handicap moteur ; 1334 visuels ; 513 avec surdité ; 219 mutité ; 188 mental ; 138 avec albinisme ; 1229 avec des maladies chroniques et 1625 constitués des autres types de handicap.
Les personnes handicapées représentent 34,93 % bien évidemment le taux le plus élevé, suivi de 32,61 % des personnes indigentes ; 12,93 % des déplacés et réfugiés ; 08,63 % constitués des autres catégories ; 05,98 % des populations autochtones ; 01,90 % des personnes sinistrées ; 01,62 % d’enfants de la rue et le plus bas taux de 01,36 % d’enfants abandonnés ou égarés. Bien que cela traine encore, les PSV comprennent de plus en plus l’importance de se rapprocher des services déconcentrés du MINAS pour permettre à ce dernier d’accomplir ses missions régaliennes en apportant des solutions propices et rationnelles aux besoins posés par eux.
Ayant sollicités les services sociaux pour des besoins exprimés tels que répertoriés dans l’outil de collecte, les taux de réponses général varient en fonction des besoins. On constate que : pour l’appui à l’accès aux actes d’état civil 15,7 % ; 89,7 % pour l’assistance administrative ; 65,6 % à l’assistance alimentaire ; 57,4 % à l’assistance financière ; 91,3 % à l’assistance juridique ; 81,3 % à l’assistance judiciaire ; 113,0 % à l’assistance psychosociale ; 50,0 % pour le plaidoyer ; 98,0 pour l’écoute ; 27,3 % pour la facilitation à l’intégration socioéconomique/professionnelle ; 76,8 % à l’assistance scolaire/formation ; 97,1 % pour le conseil ; 85,7 % à l’intégration sociale ; 64,9 % à l’assistance sanitaire ; 53,2 % à l’assistance alimentaire ; 83,3 pour la descente ; 88,1 % pour la médiation familiale et 53,5 % pour les autres besoins.

pdf BISS 6eme Edition

21 téléchargements

La production des données statistiques permettant l'enrichissement du Bulletin d’Informations et de Statistiques Sociales (BISS) s'est inscrite dans les habitudes quotidiennes des acteurs de terrain au Ministère des Affaires Sociales (MINAS). Quotidiennement, par les fiches individuelles conçues pour l'enquête de conjoncture sociale, les responsables des Unités Techniques Opérationnelles (UTO) collectent des données. Ces dernières, mises en commun, permettent de cartographier les besoins des personnes socialement vulnérables, cibles du MINAS, ainsi que les réponses apportées.

Sur l'ensemble des 260 UTO (centres sociaux et service d’action social) que compte le triangle national, 150 ont répondu à l'enquête de conjoncture sociale, soit un taux de participation inférieur de 10,18% à celui du trimestre précédent. Si de façon générale, les UTO des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest sont les principales absentes du fait de la crise sécuritaire qui y prévaut actuellement, il est à noter que les régions de l'Adamaoua, du Sud et du Littoral ont vu leur taux de participation pour ce trimestre baisser considérablement.

C'est un total de 10523 clients dont 50,02% de sexe féminin que les structures de terrain du MINAS ont reçu pendant le quatrième trimestre 2018. La région de l'Est pour la tranche des enfants mineurs (de 7 à 17 ans) présente le nombre de clients de sexe féminin le plus élevé ayant été enregistré soit 263. S'agissant de la catégorie petite enfance (- de 7 ans), la région de l'Extrême-Nord enregistre le plus grand nombre de clients dont 67 de sexe féminin sur les 151 clients enfants de cette région. Malgré son faible taux de participation, la région du Littoral pour les catégories jeunes (18 à 34 ans) et adultes (35 à 54 ans) enregistre les valeurs les plus élevées (exception faite des jeunes de sexe masculin). La région de l'Ouest a enregistré le plus grand nombre de clients de la tranche des personnes âgées (60 ans et +) à savoir 350 dont 24% sont des femmes.

En ce qui concerne le sexe masculin, les régions de l'Extrême-Nord (45,6%) et de l'Ouest (54,4%) comptent 54,7% des clients handicapés enregistrés pour ce trimestre. S'agissant des personnes déplacées ou réfugiées, 81,51% des clients de cette catégorie sont regroupés dans les régions de l'Extrême-Nord (56,02%) et de l'Ouest (43,98%).

En ce qui concerne le sexe féminin, les régions de l'Extrême-Nord et de l'Ouest comptent 49,95% des clients handicapés enregistrés. Pour les personnes déplacées ou réfugiées, 76,24% des clients viennent de ces deux régions. De nos clients sinistrés, la région de l'Est aura enregistré le plus grand nombre soit 381 clients dont 57,74% sont des femmes.

Les UTO ont reçu et géré 117 enfants abandonnés ou égarés de sexe féminin contre 111 de sexe masculin. Les enfants de la rue de sexe masculin étaient au nombre de 174 contre 157 de sexe féminin. Les clients se plaignant de violences physiques sont au nombre de 235 dont 200 de sexe féminin soit 85,11%.

pdf BISS 7eme Edition

19 téléchargements

La production des données statistiques permettant l'enrichissement du Bulletin d’Informations et de Statistiques Sociales (BISS) s'est inscrite dans les habitudes quotidiennes des acteurs de terrain au Ministère des Affaires Sociales (MINAS). Quotidiennement, par les fiches individuelles conçues pour l'enquête de conjoncture sociale, les responsables des Unités Techniques Opérationnelles (UTO) collectent des données. Ces dernières, mises en commun, permettent de cartographier les besoins des personnes socialement vulnérables, cibles du MINAS, ainsi que les réponses apportées.


C'est un total de 14265 clients dont 50,7% de sexe féminin que les structures de terrain du MINAS ont reçu pendant le premier trimestre 2019. La région de l’Adamaoua pour la tranche des enfants mineurs (de 7 à 17 ans) présente le nombre de clients de sexe féminin le plus élevé ayant été enregistré soit 210. S'agissant de la catégorie petite enfance (- de 7 ans), la région de l’Adamaoua enregistre le plus grand nombre de clients dont 69 de sexe féminin sur les 133 clients enfants de cette région. La région du Littoral pour les catégories jeunes (18 à 34 ans) et adultes (35 à 54 ans) enregistre les valeurs les plus élevées. La région de l'Ouest a enregistré le plus grand nombre de clients de la tranche des personnes âgées (60 ans et +) à savoir 340 dont 30% sont des femmes.


En ce qui concerne le sexe masculin, les régions de l’Ouest (405) et du Littoral (386) et de l’Est (208) comptent la plupart des clients handicapés enregistrés pour ce trimestre (soit 67,9%). S'agissant des personnes déplacées ou réfugiées, 67,4% des clients de cette catégorie sont regroupés dans les régions de l’Ouest 236 sur 614) et de l'Adamaoua (178 sur 614).


En ce qui concerne le sexe féminin, les régions de l’Ouest et du Littoral et de l’Adamaoua comptent 59,5% des clients handicapés enregistrés. Pour les personnes déplacées ou réfugiées, 66,3% des clients viennent des régions de l’Ouest et de l’Adamaoua.


Les UTO ont reçu et géré 214 enfants abandonnés ou égarés de sexe féminin contre 195 de sexe masculin principalement dans la région de l’Adamaoua où il a été enregistré 110 enfants égarés ou abandonnés de sexe masculin et 110 enfants égarés ou abandonnés de sexe féminin. Les enfants de la rue de sexe masculin étaient au nombre de 230 contre 184 de sexe féminin principalement dans la région du Nord (125 enfants de la rue garçons et 123 filles). Les clients se plaignant de violences physiques sont au nombre de 436, principalement dans la région de l’Ouest où environ 159 clientes ont déclarés en souffrir.

pdf BISS 8eme Edition

31 téléchargements

Les données de la présente édition issues d’une fiche de collecte nouvellement élaborée et améliorée, portent sur des indicateurs collectés par les Délégations Départementales dans leurs zones de compétences.
A la fin, nous enregistrons un taux de participation de 86 % des Délégations départementales (50 sur les 58).

pdf BISS 9eme Edition

25 téléchargements

Le nouvel exercice budgétaire 2020 est arrivé avec bon nombre de contraintes. S’agissant de l’Enquête de Conjoncture Sociale (ECS) du MINAS qui vise le renseignement des indicateurs du sous-secteur Affaires Sociales elle a été maintenue tout en apportant toutefois une réforme dans le processus de collecte. Ladite réforme entamée depuis le second semestre de l’exercice dernier s’est peu à peu intégrée dans les habitudes des acteurs internes du MINAS. Elle a principalement portée sur la révision de la chaîne de production des données et sur la refonte de l’outil de collecte.

Toutefois, il convient de rappeler que le contexte particulier de ce premier trimestre a été marqué par la pandémie COVID-19 qui aura par conséquent ralenti toutes les activités et repoussé les délais des différentes activités. En effet, la lettre d’instruction de Madame le Ministre N°2020/10|364/L/MINAS/SG/CEP/CEA1 du 6 mars 2020, envoyée dans les délais n’aura eu retour que très tardivement. Cependant, elle fixe bien le cadre légal de l’opération et la légitimité est pour sa part acquise par le plan de travail annuel. Le présent numéro tout comme le précédent renseigne l’ensemble des 81 indicateurs retenus pour le MINAS. Il concerne la période janvier-mars 2020.


Ce document permet donc aux acteurs internes et externes du MINAS, ainsi qu’aux Administrations Publiques et aux partenaires d’avoir une appréciation des données relatives aux personnes socialement vulnérables. Il se positionne donc comme un véritable document d’aide à la décision qui peut aider à mieux réorienter les stratégies visant la satisfaction des besoins des personnes socialement vulnérables.

CONTACTS

Ministère des Affaires Sociales, Yaoundé, Avenue Marchand, Derrière le Musée National B.P 15 868 Cameroun

  • Téléphones: (+237) 222 222 958 / 222 231 107/ 222 232 483 / 699 712 527
  • E-mail: infos@minas.cm Fax : (+237) 222 231 162

compteur de visites

763245
Aujourd'hui
Hier
Cette Semaine
Semaine dernière
Ce mois
Mois dernier
Tout
1446
1925
9887
739695
5266
66641
763245

Ton IP: 54.227.97.219
2021-12-03 23:25
Top