Orphelins et Enfants Vulnérables

  • PDFImprimerEnvoyer

I DESCRIPTION DE LA CIBLE

La problématique de la prise en charge des Orphelins et autres Enfants Vulnérables dans le contexte du VIH/SIDA est restée longtemps diffuse au Cameroun. En effet, du fait des valeurs socioculturelles qui font de l’éducation et de l’encadrement d’un enfant, une préoccupation communautaire et sociale, parler des orphelins comme d’une catégorie d’enfants particulière n’a pas été facile à admettre dans la société camerounaise.
Face aux dommages causés par le VIH, et surtout dans un contexte de pauvreté marqué par l’amenuisement des ressources et l’effritement des liens de solidarité, il a malheureusement fallu se rendre à l’évidence que les orphelins constituent un groupe à part, un groupe qui doit faire l’objet d’une certaine attention et nécessiter des actions spécifiques et singulières. C’est ainsi qu’à l’aube des années 2000, à l’occasion de l’adoption des premiers plans stratégiques de lutte contre le VIH et le Sida au Cameroun, des axes spécifiques d’actions ont été identifiés et planifiés ciblant singulièrement les Orphelins et autres Enfants Vulnérables (OEV). Le profil des estimations du VIH au Cameroun dressé par le CNLS en 2010 situe à 1 203 918 le nombre d’orphelins au Cameroun, dont 25,3% d’orphelins du VIH. Les projections font état de 1 291 474 orphelins en 2015, avec 350 644 orphelins du VIH, soit 27,2%.
Si au cours des premières années la prise en charge des Orphelins et autres Enfants Vulnérables au Cameroun s’est surtout appuyée, voire focalisée, sur les orphelins directement touchés par l’infection à VIH/SIDA, l’OEV  peut se définir aujourd’hui comme tout enfant âgé de moins de 18 ans, se trouvant dans l’une des situations suivantes : le décès de l’un ou des deux parents ou du tuteur légal ; l’infection par le VIH de l’un ou des deux parents ou du tuteur légal ; l’infection par le VIH de l’enfant ; l’infection par le VIH d’un membre de la fratrie ; l’abandon par les parents ou la communauté ; l’indigence des parents (géniteurs, familles d’accueil, parrains, structures d’accueil).
La considération d’OEV va ainsi au-delà du simple lien direct avec l’infection à VIH/SIDA pour couvrir un ensemble plus large d’enfants dépourvus d’un encadrement familial et se retrouvant dans une situation de précarité.
Aussi les catégories d’enfants ci-après font-elles partie de la catégorie des OEV:

  1. les orphelins de l’un ou des deux parents ou du tuteur légal ;
  2. les enfants vivant avec les parents ou tuteurs souffrant de maladies chroniques ;
  3. les Enfants de la rue et/ou dans la rue ;
  4. Les enfants victimes de mariages précoces avant 18 ans ;
  5. Les enfants victimes d’abus (physique, psychologique, sexuel) et de négligence ;
  6. Les enfants abandonnés ;
  7. Les enfants chefs de familles ;
  8. Les enfants victimes de trafic, de traite  ou d’exploitation
  9. Les enfants mendiants ;
  10. Les enfants en conflit avec la loi et/ou victimes d’infraction pénale
  11. Les enfants des populations autochtones ;
  12. Les enfants des familles pauvres ;
  13. Les enfants souffrant de maladies chroniques ;
  14. Les enfants infectés ou affectés par le VIH (maladie ou pertes d’un ou des deux parents du fait du VIH) ;
  15. Les enfants handicapés ou nés de parents handicapés indigents ou nécessiteux ;
  16. Les enfants inadaptés sociaux ;
  17. Les enfants qui n’ont pas d’habitat décent ;
  18. Les enfants malnutris ;
  19. Les enfants de parents séparés et/ou divorcés ;
  20. Les enfants victimes de sinistres ou de catastrophes.

II PROBLEMES VECUS ET BESOINS

La caractéristique principale de la vulnérabilité est la fragilité de la personne concernée face aux sollicitations/agressions extérieures et intérieures. Pour ce qui est du cas spécifique de l’OEV, il a été identifié 10 besoins prioritaires correspondant à ses principales préoccupations existentielles.

  • Le premier besoin de l’OEV sera sa réinsertion afin de nouer et/ou renouer le contact physique, psychologique et social avec son environnement immédiat, sa communauté et la société toute entière.
  • Le second besoin sera sa nutrition afin d’assurer sa survie pour résister aux agressions extérieures susceptibles d’impacter négativement sur son physique ou son mental.
  • Le troisième besoin sera un accompagnement affectif, émotionnel, psychologique et social. Ce besoin est fondamental pour son équilibre qui, du fait de son immaturité, manque encore de repères nécessaires pour la vie en société. La vulnérabilité a pour conséquence l’interruption, la régression voire un arrêt du processus de développement intégral de l’enfant, rien de durable ne saurait être envisagé en dehors de l’intérêt supérieur de ce dernier.
  • Le quatrième besoin sera d’assurer à l’enfant des soins de santé adéquats car les conditions précaires dans lesquelles il vit l’exposent à divers maux qui sont à la base de différentes affections pouvant conduire à la mort.
  • Le cinquième besoin sera d’assurer son éducation.  Au-delà de l’instruction de base dont l’accès est garanti pour tous les enfants au Cameroun, un environnement décent et valorisant qui facilite sa socialisation est indispensable.
  • Le sixième besoin sera l’acquisition « des life skills » qui permettraient de  s’auto prendre en charge très tôt dans la vie et de disposer de mécanismes de fructification des biens disponibles.
  • Le septième besoin sera la protection de ses droits en vue de le mettre à l’abri des cas de violence, de discrimination et de stigmatisation.
  • Le huitième besoin sera sa réhabilitation afin de réparer ses tares physiques, mentales ou sociales.
  • Le neuvième besoin sera le renforcement socio-économique afin de pallier à la rareté des ressources au sein des familles et faciliter l’accès des OEV aux services sociaux de base.
  • Le dixième besoin sera l`accès à l`habitat pour garantir et/ou assurer à l’OEV, un cadre physique et humain sécuritaire pour son plein épanouissement.

Enfin tout être humain a besoin d’une protection physique et affective pour son épanouissement. L’OEV ne pourra donc mieux s’épanouir que s’il est rassuré quant à une vie familiale ou sociale harmonieuse et épanouissante.

III ORIENTATIONS DE POLITIQUE ET SERVICES OFFERTS

Dans leur ensemble, les interventions en direction des OEV ont  pour principal principe directeur l’équité et sont focalisées sur l’enfant, centrées sur la famille et basées sur la communauté. La focalisation sur l’enfant implique que toutes les interventions et activités visent son intérêt supérieur, et doivent  être orientées sur ses besoins fondamentaux, tenant compte de ses  âge,  sexe et stades de développement. La centralisation sur la famille quant à elle suppose que les programmes et les interventions reconnaissent que la famille est le meilleur cadre de développement et d’épanouissement de l’enfant. Enfin, en basant les projets et actions sur la communauté, il s’agit de reconnaitre que la communauté constitue la seconde ligne de sécurité pour l’enfant, en même temps qu’elle reste le socle de consolidation de l’équilibre individuel et familial.

Les principaux services offerts aux OEV portent sur : la facilitation de l’accès des OEV aux
services sociaux de base (santé, scolarité, nutrition, logement et autres besoins matériels de base), l’encadrement psychosocial, la protection des droits (lutte contre la stigmatisation, assistance judiciaire, facilitation de l’enregistrement des naissances…), le renforcement des capacités des familles,  des communautés des institutions et structures d’accueil et d’encadrement.
Les principaux acteurs identifiés sont l’Etat, les Collectivités territoriales Décentralisées, les Organisations de la Société Civile, les confessions religieuses, les autorités traditionnelles, les OEV, les familles et communautés, sans oublier les partenaires au développement. De nombreux programmes ont ainsi été développés et mis en œuvre à l’instar du Programme National de Soutien aux OEV avec le Fonds Mondial, le projet Bi-Multi et  la Composante soutien aux OEV du programme Enfant VIH en coopération avec l’UNICEF. On peut aussi relever ici la contribution de Plan Cameroun, de Care Cameroun et des organisations nationales telle la Fondation Chantal BIYA et les Synergies Africaines contre la souffrance.
Les bénéficiaires directs des actions menées sont les OEV, les familles et structures d’accueil des OEV ; alors que les bénéficiaires indirects sont essentiellement constitués des communautés.

IV PERSPECTIVE

La Mise en œuvre du Plan Stratégique National de prise en charge des OEV dans ses cinq axes stratégiques majeurs à savoir : l’aménagement d’un environnement protecteur pour les OEV, la prise en charge des OEV et de leurs familles, le renforcement des capacités des acteurs, la mobilisation des ressources et le partenariat, ainsi que la coordination, le suivi et l’évaluation..

Langue

Français (Fr)

Recherche

Calendrier

juin 2018
lmmjvsd
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Statistiques de Visites

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui502
mod_vvisit_counterHier719
mod_vvisit_counterCette semaine2719
mod_vvisit_counterSemaine dernière5410
mod_vvisit_counterCe mois16161
mod_vvisit_counterMois dernier22239
mod_vvisit_counterTotal depuis mai 2011879904

Qui est en ligne ?

Nous avons 25 invités en ligne